La piloselle, une bonne plante pour les reins

On a souvent tendance à confondre la piloselle avec le pissenlit, et c’est vrai qu’elles se ressemblent. Les deux appartiennent à la famille des astéracées ; les deux ont un capitule solitaire qui part d’une rosette basale ; les deux ont des fleurs exclusivement ligulées et jaunes, bref tout pour les confondre ! Heureusement leurs feuilles sont bien différentes.

C’est d’ailleurs à ses feuilles que la piloselle doit son nom. En effet, chacune de ses feuilles est recouverte de longs poils soyeux très faciles à observer à l’oeil nu. Un des nombreux autres noms de la piloselle est « oreille de rat » ou « oreille de souris ».

Mais la souris ou le rat ne sont pas les seuls animaux à inspirer le nom de cette plante. On l’appelle aussi l’épervière piloselle. On retrouve d’ailleurs l’épervier dans son ancien nom latin Hieracium pilosella. Hieracium faisant référence à Hierax en latin : terme utilisé pour désigner un petit rapace, faucon ou épervier. Le nom Hieracium pilosella est encore valide aujourd’hui, mais on lui préfère tout de même son nouveau nom scientifique, Pilosella officinarum.

Un trait intéressant de la piloselle est qu’elle émet à partir de ses racines des molécules chimiques qui empêchent les autres graines de germer. On parle d’allélopathie. Elle élimine ainsi la concurrence et peut coloniser un espace très étendu. Comme si cela ne suffisait pas, à partir de la rosette basale partent des stolons, sorte de tige rampante dont l’extrémité va s’enraciner ailleurs pour donner une nouvelle plante.

C’est à cause de ces caractéristiques qu’on n’hésite pas à classer à tort la piloselle dans les plantes envahissantes, alors qu’elle a de bonnes vertus médicinales comme nous allons le voir. C’est également une bonne plante mellifère qui participe à la sauvegarde des abeilles qui consomment son nectar.

Au niveau médicinal, la piloselle offre des propriétés intéressantes. La plus significative est sa capacité à augmenter le volume des urines en augmentant la pression osmotique dans le glomérule rénal. Elle est donc tout à fait indiquée en cas d’insuffisance rénale et de rétention d’eau. Une autre de ses propriétés est d’avoir une activité bactériostatique sur plusieurs souches de bactéries, ce qui permet de prévenir les infections urinaires par exemple.

C’est une plante qui agit également sur la sphère hépato-digestive en favorisant la production de bile par le foie. De plus, la présence de tanins lui donne des propriétés antidiarrhéique et cicatrisante intestinale.

Il est donc interessant de penser à la piloselle dès qu’on souhaite agir sur la sphère rénale, bien évidemment après avoir demandé un avis médical. L’insuffisance rénale doit être prise au sérieux. Il ne faut pas tenter d’automédication sans avoir fait poser un diagnostic précis avant.

Publié par PhytoGenfi

Formé à l'école des plantes de Paris, j'ai à coeur de transmettre la passion et le savoir des plantes médicinales. C'est l'objet de mon site

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :