Quel livre choisir pour commencer à identifier les plantes ?

Reconnaitre les plantes n’est pas une tâche facile ! Il faut passer beaucoup de temps à les observer, apprendre à les regarder dans le détail pour avoir la certitude de faire une bonne identification.

Dans cette vidéo je vous présente quelques ouvrages qui vous permettront de vous lancer si vous souhaitez acquérir cette compétence, que ce soit pour consommer des plantes sauvages ou bien faire des cueillettes de plantes médicinales.

Comment utiliser l’huile essentielle de ravintsara et pourquoi ?

L’huile essentielle de ravintsara est certainement une des huiles les plus populaires depuis qu’un certain virus est venu bousculer notre quotidien. Il est vrai que ses propriétés antivirales en font une bonne alliée aussi bien en préventif qu’en curatif.

Nom vernaculaire : Ravintsara
Nom scientifique : Cinnamomum camphora CT cinéole
Famille botanique : Lauraceae

Partie botanique

Le ravintsara est un camphrier originaire d’Asie, plus particulièrement de Chine, Japon et Taiwan. C’est un arbre à feuilles alternes persistantes et coriaces. L’arbre produit naturellement du camphre dans sa région d’origine mais lorsqu’il fut implanté à Madagascar pour des raisons ornementales, son métabolisme secondaire s’est modifié pour s’adapter à son nouvel environnement en ne faisant plus de camphre mais du 1,8 cinéole, un oxyde terpénique aux bonnes propriétés antivirales.

Les différents chémotypes du camphrier

  • Le camphrier du Japon, Cinnamomum camphora sous-espèce japonicum qui donnera surtout du camphre
  • Le bois de hô, cinnamomum camphora chémotype linalol
  • Le ravintsara, cinnamomum camphora chémotype cinéole
  • Le camphrier à nérolidol, cinnamomum camphora chémotype nérolidol. Mais ce dernier est assez rare à trouver. 

Pourquoi l’utiliser ?

L’huile essentielle de ravintsara sera intéressante dans plusieurs situations, aussi bien en préventif qu’en curatif.

Les infections

Essentiellement les infections d’origines virales mais pas seulement car l’huile essentielle de ravintsara montre de bonnes propriétés bactéricides. On y pensera pour :

  • infections des voies respiratoires
  • infections cutanées
  • infections urogénitales
  • infections diverses

L’huile essentielle de ravintsara fonctionnera beaucoup mieux si elle est associée à une huile essentielle riche en monoterpénols. Pour plus d’informations sur les huiles à monoterpénols je vous renvoie vers ma vidéo traitant du sujet.

Équilibrage du système nerveux

on pourra l’utiliser en cas :

  • Asthénie
  • difficulté à s’endormir

Comment l’utiliser avec une huile végétale ?

Il n’est pas toujours pertinent d’utiliser l’huile essentielle de ravintsara pure sur la peau. La diluer apporte plusieurs avantages. Si vous souhaitez mieux comprendre l’utilisation des huiles végétales je vous renvoie vers ma vidéo traitant du sujet.

Si vous souhaitee mieux comprendre le traitement des infections vous pouvez jeter un oeil sur ma formation en ligne sur la gestion des infections

Composition type

Voici un exemple de composition de ravintsara récupéré sur un bulletin d’analyse. Dans la colonne de droite on peut noter la plage donnée par la spécification.

ComposantPourcentage mesuréspécification
1,8-cinéole55,5953,0 – 63,0
Sabinène12,4710,0 – 17,0
α-pinène7,734,0 – 10,0
α-terpinéol7,003,5 – 11,0
β-pinène3,562,5 – 7,0
Terpinène-4-ol2,921,0 – 3,0
Myrcène1,63traces – 2,0
γ-terpinène1,55traces – 2,0

Comment choisir une huile végétale en aromathérapie ?

Les huiles végétales sont indissociables de la pratique de l’aromathérapie. Au début on les considère comme de simple supports, on en choisit une, deux ou trois pour faire toutes nos synergies, et puis après avec le temps, on réalise qu’elles sont des supports actifs pour les huiles essentielles.

Les comprendre nous aide donc à améliorer notre pratique. Et c’est l’objet de cette vidéo, vous présenter ce qu’il faut comprendre d’une huile végétale pour pouvoir en tirer parti !

Qu’est-ce qu’une huile végétale ?

Une huile végétale est un corps gras, généralement liquide à température ambiante. Elles sont extraites de divers fruits riches en lipides qu’on appelle oléagineux.

De quoi est composée une huile végétale ?

Une huile végétale est avant tout constituée d’acides gras, d’une partie insaponifiable (c’est-à-dire qui ne peut pas être transformée en savon) et de vitamines.

Que sont les acides gras ?

Un acide gras est une chaine carbonée sur laquelle s’est greffé un groupe carboxyle.

Les acides gras peuvent être saturés ou insaturés.

Acide gras saturé

C’est un acide gras qui ne possède aucune double liaison.

Acide gras mono-insaturé

C’est un acide gras qui possède une seule double liaison.

Acide gras poly-insaturé

C’est un acide gras qui possède au moins deux doubles liaisons.

Qu’est-ce qu’un oméga-3 ?

Les acides gras insaturés sont souvent nommés oméga-3, oméga-6, oméga-7 ou oméga-9. Cela vient du fait que l’atome de carbone qui porte le groupe carboxyle est appelé atome alpha, alors que le dernier atome de carbone de la chaine est appelé oméga.

Une oméga-3 se définit donc comme un acide gras dont la première double liaison est portée par le troisième carbone quand on compte à partir de l’atome oméga.

Par le même raisonnement un oméga-6 est un acide gras qui a sa première double liaison portée par le sixième carbone à partir du carbone oméga.

On retiendra que les oméga-3 et 6 sont poly-insaturés et les oméga-7 et 9 sont mono-insaturés. Plus généralement, les oméga-3 et 6 sont considérés comme des acides gras essentiels, contrairement aux oméga-7 et 9.

Qu’est-ce que l’indice de comédogénicité ?

Une huile comédogène est une huile qui favorise l’apparition des boutons et des comédons. On affecte donc à chaque huile végétale un indice de comédogénicité qui nous renseigne sur son pouvoir comédogène. L’indice va de 0 à 5 :

  • 0 : non comédogène
  • 1 à 2 : peu comédogène
  • 3 à 4 : comédogène
  • 5 : très comédogène

Synthèse de la vidéo sous forme de carte mentale

Si vous avez trouvé cette vidéo utile, vous pouvez télécharger la carte mentale qui synthétise ce qui est dit dans la vidéo.

Le téléchargement est totalement gratuit et rien ne vous est demandé en échange. Toutefois si vous aimez mon travail et souhaitez soutenir ma chaîne, vous êtes toujours libre de me gratifier d’un euro symbolique ou du montant de votre choix en cliquant ici !

🙏 Avec toute ma gratitude 🙏 !

Une IA peut-elle faire du conseil en aromathérapie ?

Depuis que l’intelligence artificielle ChatGPT-3 n’arrête pas de faire parler d’elle en ce moment, j’ai eu envie de voir si elle était capable de faire du conseil en aromathérapie, et si nous avions un risque de nous retrouver au chômage sous peu…

Si vous ne la connaissez pas encore ChatGPT-3 est une intelligence artificielle assez étonante qui est capable de répondre à pas mal de question et générer du texte. D’ailleurs pour le fun, je lui ai fait rédiger un article !

Phytoncides, huiles essentielles et bien-être

Que sont les phytoncides ?

Les phytoncides sont des molécules volatiles émises par certaines plantes pour se défendre contre les prédateurs et les parasites. Ils ont des propriétés antibactériennes et antivirales et peuvent être inhalés lorsque nous sommes près des plantes, en pleine nature ou en forêt par exemple.

Les phytoncides ont été étudiés pour leurs effets sur la santé humaine et ils ont été associés à de nombreux bienfaits pour la santé, tels que le renforcement du système immunitaire, la réduction du stress et l’amélioration de la qualité du sommeil. Ils ont également été utilisés dans la médecine traditionnelle pour traiter diverses maladies.

Par exemple :

  • Une étude publiée en 2019 a examiné les effets des phytoncides sur la pression artérielle et le stress chez les personnes âgées. Les résultats ont montré que l’exposition aux phytoncides avait un effet bénéfique sur la pression artérielle et la réduction du stress.
  • Une étude publiée en 2018 a examiné les effets des phytoncides sur le système immunitaire et la santé mentale. Les résultats ont montré que l’exposition aux phytoncides avait un effet positif sur le système immunitaire et la santé mentale.
  • Une étude publiée en 2017 a examiné les effets des phytoncides sur la qualité du sommeil. Les résultats ont montré que l’exposition aux phytoncides avait un effet positif sur la qualité du sommeil.

Les phytoncides peuvent être inhalées de manière passive en étant simplement près de plantes qui les émettent, mais ils peuvent également être utilisés de manière plus ciblée en utilisant des huiles essentielles puisque les phytoncides ne sont rien d’autres que les COV (Composés Organo-volatiles) qu’on retrouvent dans les huiles essentielles comme par exemple :

  • L’alpha-pinène
  • Le limonène
  • Le cinéole
  • Le carvacrol
  • Le thujone
  • Et bien d’autres

Phytoncide et cerveau

Sans surprise ce sont grâce à ces COV qu’on se sent bien quand nous sommes en pleine nature. C’est une façon indirecte de pratiquer l’aromathérapie par olfaction. La nature fait du bien à notre cerveau comme le détaille cet article :

LES BIENFAITS DE LA NATURE SUR LE CERVEAU

L’article que vous venez de lire a été généré à 95% par une IA, je n’ai ajouté que le dernier paragraphe. Pour en savoir plus lire mon article Une intelligence artificielle peut-elle faire du conseil en aromathérapie ?

Monoterpénols et infections

Dans cette vidéo, on fait un focus sur les monoterpénols. En général, on a tendance à considérer les monoterpénols comme des anti-infectieux sans les distinguer entre eux, alors qu’en fait ils ne sont pas équivalents. Leur structure chimique influence de manière significative leur propriété anti-infectieuse.

Cette vidéo que je partage avec vous est extraite de ma formation sur la gestion des infections. Elle peut se suffire à elle-même, malgré les références que je fais aux autres leçons de la formation.

Qu’est-ce qu’un monoterpénol ?

Les monoterpénols appelés également alcools monoterpéniques forment une famille chimique importante en aromathérapie. Ils sont surtout réputés pour leur pouvoir anti-infectieux en agissant sur trois axes :

  • Action directe sur les pathogènes
  • Action sur le terrain
  • Action sur le système immunitaire qu’ils soutiennent et stimulent

Comment classer les monoterpénols ?

Si on peut attribuer des propriétés anti-infectieuses aux monoterpénols, ils n’ont pas tous la même puissance anti-infectieuse. Celle-ci est dépendante du nombre de cycles que le monoterpénol contient. On distingue donc :

  • Les monoterpénols acycliques
  • Les monoterpénols monocycliques
  • Les monoterpénols bicycliques

Les monoterpénols acycliques sont plus puissants que les monocycliques, eux-mêmes plus puissants que les bicycliques. Le nombre de cycles est donc pertinent pour classer les monoterpénols.

Les huiles essentielles à monoterpénols

Linalol

  • Bois de Hô – Cinnamomum camphora CT linalol ( environ 90%)
  • Thym à linalol – Thymus vulgaris CT linalol ( 30 à 40%)
  • Graine de coriandre – Coriandrum sativum (65 à 70%)
  • Lavande fine – Lavandula angustifolia ( 25 à 50%)
  • Menthe bergamote – Mentha citrata (20 à 25%)
  • Lavandin super – Lavandula hybrida super (25 à 37%)
  • Lavandin grosso – Lavandula hybrida grosso (24 à 35%)
  • Sauge sclarée – Salvia sclarea (13 à 25%)
  • Sauge d’espagne – Salvia lavandulifolia (25 à 30%)

Géraniol

  • Monarde fistuleuse – Monarda fistulosa (90 à 95%)
  • Palmarosa – Cymbopogon martinii (70 à 85%)
  • Géranium bourbon – Pelargonium x asperum var Bourbon ( 10 à 55%)

Citronellol

  • Géranium bourbon – Pelargonium x asperum var Bourbon ( 20 à 25%)
  • Citronnelle de Ceylan – Cymbopogon nardus ( 8 à 20%)
  • Eucalyptus citronné – Eucalyptus citriodora (15 à 20%)

Terpinène-1-ol-4

  • Marjolaine à coquille – Origanum majorana (15 à 25%)
  • Tea-tree – Melaleuca alternifolia (25 à 45%)
  • Lentisque pistachier – Pistacia lentiscus ( 5,5 à 7%)

Alpha-terpinéol

  • Niaouli – Melaleuca quinquenervia (9 à 14%)
  • Ravintsara – Cinnamomum camphora (8%)
  • Eucalyptus radié – Eucalyptus radiata (10 à 12%)
  • Cajeput – Melaleuca cajeputii (5 à 10%)

Menthol

  • Menthe poivrée – Mentha x piperita (60 à 65%)
  • Menthe des champs – Mentha arvensis (65 à 90%)

Bornéol

  • Thym à feuille de sarriette – Thymus satureoides (25 à 30%)

Thujanol

  • Thym à thujanol – Thymus vulgaris CT thujanol (35 à 45%)
  • Marjolaine à coquille – Origanum majorana (5 à 15%)

Si vous n’êtes pas inscrit·e à ma formation et que cet article vous intéresse, vous pouvez acheter pour un euro symbolique la synthèse du cours associée à cette vidéo qui reprend tout ce qui est dit dans la vidéo, ainsi que le schéma présenté plus haut au format pdf pour une meilleure lisibilité. Une façon de soutenir mon travail et la chaîne PhytoGenfi.

Un aperçu de la synthèse :

Comprendre la cascade de l’acide arachidonique

Cette vidéo est la suite logique d’une vidéo tournée il y a déjà for longtemps sur les phénomènes inflammatoires consécutifs à un déséquilibre entre les oméga-3 et les oméga-6.

Qu’est-ce que l’acide arachidonique ?

L’acide arachidonique est un oméga-6, c’est-à-dire un acide gras ( non essentiel) qui découle de transformations enzymatiques successives de acide linoléïque, l’oméga-6 initial que nous prenons via notre alimentation. La présence de produits animaux dans l’alimentation fourni également un apport pas toujours bienvenu en acide arachidonique.

Le schéma ci-dessous illustre la voie de synthèse de l’acide arachidonique à partir de l’acide linoléïque.

Qu’est-ce que la cascade arachidonique ?

L’acide arachidonique est très instable et beaucoup de réactions vont démarrer à partir de cet acide. On parle de cascade car de cette seule molécule partent plusieurs voies métaboliques, en témoigne le schéma suivant.

Comprendre la cascade de l’acide arachidonique aide également à avoir des stratégies efficaces pour traiter les problèmes d’inflammation chronique avec la phyto-aromathérapie. En gardant à l’esprit qu’il est important d’être suivi·e médicalement.

Si vous avez vu la vidéo et que vous souhaitez avoir le schéma en aide mémoire ( les explications sont dans la vidéo ), le voici !

Comprendre la notion de chémotype en aromathérapie

Qu’est-ce que le chémotype ?

Quand on débute l’aromathérapie, on n’a souvent qu’une vision floue de ce qu’est le chémotype d’une huile essentielle. Dans cette vidéo, je vous montre l’envers du décor, tout ce qu’il y a derrière cette notion et tout ce qu’elle peut nous apprendre.

Qu’est-ce qui influence le chémotype ?

Beaucoup de paramètres influencent le chémotype d’une huile essentielle.

  • Le biotope (climat et géographie)
  • La méthode de culture
  • La génétique
  • Le stade de développement de la plante
  • L’âge de la plante
  • L’heure de cueillette
  • La partie utilisée de la plante

L’ortie en phytothérapie

Voilà un moment que j’avais envie de traiter cette plante emblématique de la phytothérapie ! Voilà c’est chose faite dans cette vidéo. Comme c’est une plante dont on parle beaucoup sur les réseaux, j’ai limité les infos qu’on trouve un peu partout avec l’espoir de vous présenter l’ortie un peu différemment.

Informations botaniques

Noms vernaculaires : Ortie , grande ortie
Nom scientifique : Urtica dioica
Famille botanique : Urticaceae
Parties utilisées : Partie aérienne, racine

études scientifiques

A review of the effects of Urtica dioica (nettle) in metabolic syndrome

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9282742/

Comment apprendre à mémoriser les odeurs ?

Tout comme il est important quand on pratique l’herboristerie de savoir reconnaitre les plantes, il est important quand on pratique l’aromathérapie de savoir utiliser son nez pour évaluer la qualité d’une huile essentielle ou tout simplement pouvoir l’identifier.

Dans cette vidéo je vous propose une méthode pour apprendre à mémoriser et reconnaitre les odeurs. Une méthode qui prend en compte le fait que nos récepteurs olfactifs sont directement reliés au système limbique, siège de nos émotions et important dans l’apprentissage.

Liens intéressants sur le sujet de l’odorat

Comment votre odorat renseigne-t-il sur votre état général de santé ?
https://www.bbc.com/afrique/monde-56512720

De la nécessité et du plaisir d’avoir un bon nez
https://lejournal.cnrs.fr/billets/de-la-necessite-et-du-plaisir-davoir-un-bon-nez