L’huile essentielle de poivre noir

Une huile essentielle très intéressante à connaitre au regard de ses propriétés et de son coût raisonnable. Le poivre noir est utilisé depuis longtemps en médecine, que ce soit pendant la Grèce antique, en ayurvéda ou médecine tibétaine.

Quelques études sur le poivre noir

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6930617/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6571889/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5651092/

La sagesse de nos téléphones portables

Et si nos téléphones portables avaient une sagesse à nous apprendre ?

À quoi vous attendez-vous si vous ne chargez pas complètement votre téléphone portable ? Sans surprise, vous savez que son autonomie va être réduite. Ce qu’on sait moins, c’est que pour préserver l’autonomie, notre téléphone va diminuer les performances du processeur.

Et alors ? Quel rapport avec le burn-out ?

Notre vie alterne sans cesse entre des phases de consommation d’énergie et des phases de récupération d’énergie. 

La première erreur pour prendre la direction du burn-out c’est de considérer que les phases de récupération d’énergie sont une variable d’ajustement pour nous permettre de travailler plus. 

Cela revient à accepter de ne pas charger notre téléphone à 100%. Ce qui revient à accepter une baisse d’autonomie et une baisse de performance. 

Néanmoins, nous avons de la chance, nous avons une réserve d’énergie que les portables n’ont pas.

Mais il est indispensable d’avoir conscience du coût à payer quand on puise dans cette réserve. 

La meilleure analogie pour illustrer les variations énergétiques du corps humain est celle du compte en banque. 

À notre naissance, nous disposons d’un compte épargne et d’un compte courant. Chaque jour nous recevons sur notre compte courant une somme d’argent gagnée par nos phases de récupération énergétique. À la nuance près c’est qu’il n’est pas possible de mettre cet argent de côté. Nous avons la journée pour le dépenser. Ce qui n’a pas été dépensé en fin de journée est perdu. Mais en soi, ce n’est pas grave. Car rien ne nous oblige à tout dépenser.

Par contre, si chaque jour nous dépensons plus que ce que nous recevons, alors chaque jour, il nous faudra puiser dans notre compte épargne. 

Mais ce compte épargne, il nous est très très très difficile de le renflouer voire impossible d’après la médecine chinoise.

Ce qui fait que lorsqu’on est jeune on peut puiser dans une réserve pleine. On peut donc enchainer les nuits blanches, et avoir des phases de récupération inférieures aux phases de dépense. Ce n’est que bien plus tard qu’on réalisera le prix à payer. 

Donc plus notre épargne baisse, moins il nous est possible de compter sur elle pour combler le déficit journalier que nous provoquons en considérant nos phases de récupération comme une variable d’ajustement nous permettant de tirer un peu plus sur la corde.  Et plus notre épargne baisse, plus il devient vital d’avoir une dépense journalière inférieure à ce que nous pouvons regagner chaque jour. 

En continuant à considérer nos phases de récupération d’énergie comme variable d’ajustement, nous limitons de plus en plus l’énergie que nous pouvons gagner chaque jour et donc notre capacité à faire face à nos responsabilités. Comme un téléphone partiellement chargé, nous avons une autonomie et des performances réduites. 

On peut encore se donner le change pendant quelque temps en adaptant notre dépense journalière à notre gain journalier. Mais est-ce que ce sera suffisant pour faire face à nos obligations ? Pas sûr…

Si le banquier peut vous autoriser un découvert, dès qu’on parle d’énergie, le découvert n’est pas possible. On ne peut pas dépenser une énergie qui n’existe pas. 

Vidés de leur énergie, le corps et l’esprit n’ont plus la capacité de réagir. C’est le burn-out. 

On se réveille, on sait qu’on doit aller bosser, mais rien ne bouge. Notre corps est amorphe, notre esprit aussi, on sait qu’on doit y aller mais plus rien ne se passe en nous. Juste un grand vide, le sentiment que quelque chose s’est débranché et que plus rien n’est fonctionnel. Nous nous retrouvons dans un état qui va nécessiter des mois voire des années pour nous reconstruire. 

Nous sommes comme un téléphone portable qui ne s’allume plus car sa batterie est totalement vide. Et l’analogie avec le téléphone portable trouve sa limite ici, car il nous est impossible de changer de batterie. 

Par contre, à l’image d’une batterie usée, nous aurons de moins en moins de capacité de recharge, ce qui fait que même un temps long de recharge ne donnera qu’une quantité d’énergie limitée qui sera vite dépensée. 

Il y a des choses qui, une fois qu’elles sont perdues, le sont à tout jamais. 

Les phases de récupération d’énergie ne sont pas des variables d’ajustement pour travailler d’avantage. Compte tenu de son caractère irréversible, tout énergie retirée de notre réserve vitale doit l’être en conscience.

Nous devons avoir conscience de tout ce qui nous coûte de l’énergie, que ce soit dans nos états émotionnels ou nos actions. Car chaque situation peut se ramener à ce simple constat : est-ce que cette situation me vide de mon énergie ou me ressource ?

Si nous le comprenons pour nos téléphones, pourquoi ne le comprenons-nous pas pour nous-mêmes ? 

Atelier distillation et stick inhalateur anti-stress

Avez-vous déjà assisté à une distillation de lavande ?

Le lundi 16 mai, je vous propose de nous retrouver dans la Drôme, et plus précisément dans la boutique l’essentiel en Provence dont je vous avais déjà parlé, pour une conférence atelier, sur la gestion du stress par les huiles essentielles . Pendant cette conférence on procèdera à une distillation de lavande et on réalisera un stick inhalateur anti-stress personnalisé.

Le distillateur que nous allons utiliser ( à gauche )

Compte tenu du nombre de places limitées, il est nécessaire de réserver auprès de la boutique L’essentiel en Provence. 1760 chemin de la decelle, 26130 Saint-Paul-Trois-Chateaux

https://www.lessentielenprovence.fr/

Comment faire une aromathèque sous Notion ?

Notion est une appli gratuite qui permet vraiment de faire beaucoup de choses. Dans cette vidéo, je vous montre comment utiliser Notion pour construire une aromathèque. Si vous ne connaissez pas Notion, cette vidéo pourra vous servir de tutoriel pour comprendre les bases de son fonctionnement. Si la construire vous motive moins que l’utiliser, vous pouvez directement utiliser le modèle que je vous fournis gratuitement juste en dessous. Il vous faudra quand même créer votre compte Notion si vous ne voulez pas perdre les infos que vous aurez rentrées. C’est gratuit.

Lien pour dupliquer le modèle présenté dans la vidéo :

https://beautiful-mailbox-b52.notion.site/Mon-aromath-que-89f319bf1d3c4ec2b71bf316516addd8

Huiles essentielles écoresponsables ?

Voila un sujet délicat que j’avais déjà plus ou moins traité, mais la sortie du étude le mois derniers et la sortie du livre d’Aline mercan  » le manuel de la phytothérapie écoresponsable » me donne envie de revenir sur le sujet.

Une étude sortie en mars 2022 traite de l’utilisation des huiles essentielles dans l’industrie de l’emballage alimentaire. voici donc quelques liens des des utilisations industrielles des huiles essentielles.

Emballages

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8950623/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8069027/

Contre la pourriture du raisin

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7685445/

Préservation des cultures après la récolte

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8708446/

Utilisation en élevage porcin

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6104524/

Dans les élevages de volailles

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8697888/

Le lien vers l’article du CNRS

https://lejournal.cnrs.fr/articles/ocytocine-du-philtre-damour-au-medicament

Comment la technologie modifie notre fonctionnement cérébral

Avant l’écriture, notre mémoire était capitale ! Retenir était une question de survie. La connaissance ne pouvait se transmettre qu’à l’oral. Puis vint l’écriture ! Certainement une des plus belles inventions de l’humanité. Avec l’écriture nous devenions capables de transmettre la connaissance autrement qu’à l’oral. Mais plus encore nous pouvions commencer à élaborer des raisonnements plus complexes en utilisant un support pour étendre les limites de notre mémoire de travail. Si nous voulons nous confronter aux limites de notre mémoire de travail, rien de plus simple ! Il nous suffit d’essayer de faire de tête une simple multiplication. Si nous sommes capable de multiplier deux nombres à deux chiffres, multiplier deux nombre à trois chiffres commence à devenir compliqué, et si nous y arrivons nous pouvons tenter de multiplier deux nombres à quatre chiffres. Ce simple exercice nous montre très rapidement les limites de notre mémoire de travail, et nous fait mesurer la puissance du support écrit. Avec un simple bout de papier et un crayon nous pouvons sans peine faire une multiplication de deux nombres de cinq, six ou dix chiffres. Ce sera long certes, mais nous avons la procédure pour arriver au résultat sans aucun effort de mémorisation.

Depuis quelques années nous vivons plusieurs révolutions qui impactent directement notre façon de penser et nos capacités cognitives. L’effet Google a fait son entrée en neuroscience. Dans un monde où la connaissance est accessible en quelques clics, mémoriser est moins important que de savoir trouver l’information. La question est de savoir si cette innovation va dégrader nos capacités cognitives ou bien en faire émerger de nouvelles. Et comme on peut s’y attendre la réponse dépend grandement de ce que nous décidons de faire. 

Nous avons cru pendant très longtemps qu’on ne créait plus de nouveaux neurones après l’âge de 20 ans. On considérait même qu’à partir de cet âge, la réduction du nombre de neurones était quotidienne. Jusqu’à ce qu’on arrive à dater l’âge des neurones sur les personnes qui venaient de décéder. On a pu ainsi constater qu’une personne de 85 ans pouvait avoir des neurones âgés de quelques semaines à peine. Mais on a compris dans le même temps qu’on pouvait avoir 20 ans et avoir une activité mentale qui ne régénérait pas notre cerveau ! Aujourd’hui on sait qu’il y a 6 principes à respecter pour permettre à notre cerveau de préserver sa performance et entretenir sa capacité à se régénérer. Ce n’est que lorsqu’on néglige ces 6 principes qu’en effet on peut amorcer le déclin cérébral à 20 ans et penser qu’on ne peut plus plus créer de neurone à cet âge.

D’après le neurobiologiste Pierre-Marie Lledo, ces 6 principes sont :

1 ) Entretenir le désir d’apprendre et de comprendre, rester ouvert au changement.

2 ) Le cerveau est malléable car informable. C’est l’information qui pousse notre cerveau à se reconfigurer. Il est donc important de fuir l’infobésité qui nous fait savoir sans comprendre. Savoir sans comprendre condamne aux troubles de l’adaptation. Stress chronique, anxiété, dépression. Trier l’information est devenu vital.

3 ) Éviter les anxiolytiques qui multiplient par 7 le risque de maladies neurodégénératives.

4 ) Lutter contre la sédentarité.

5 ) S’exposer aux autres. Nous avons un cerveau social qui réagit au contact des autres.

6 ) Avoir une alimentation équilibrée et riche en fibres qui permettent à certaines bactéries de favoriser la communication permanente avec le cerveau. 

La façon dont notre cerveau se reconfigure face aux nouveaux outils technologiques dépend de la façon dont nous allons utiliser ces outils et de ce que nous ferons des nouvelles disponibilités que nous offrons à notre cerveau. Si Google nous évite de mémoriser mais que nous ne profitons pas de cette opportunité pour utiliser notre cerveau à autre chose, alors il y a de fortes chances que nos capacités cognitives régressent. À nous de choisir…

Mais la technologie a également fortement changée notre façon de penser. Notamment depuis le WEB 2.0 qui a permis d’interagir avec le reste du monde. Maintenant tout le monde peut donner son avis, et ce n’est pas un problème. Mais là aussi, la façon dont nous utilisons les nouveaux outils impacte directement notre façon de penser. C’est un secret pour personne, nous souffrons de biais cognitifs. Quand nous les ignorons, ce n’est jamais sans conséquence. Ces deux dernières années ont montré à quel point il était facile de polariser la société. Les algorithmes construits pour prolonger notre présence sur les plateformes nous surexposent au biais de confirmation. Le profilage dont nous avons fait l’objet par ces algorithmes fait que les réseaux sociaux nous présentent ce que nous voulons voir. Après avoir trouvé des informations qui confirment notre point de vue et avoir reçu la validation de notre point vue par toutes les personnes qui le partagent, en quelques clics nous arrivons à nous convaincre que nous pouvons avoir un avis pertinent en virologie ou géopolitique par exemple. On s’imagine suffisamment lucide pour considérer que l’ultracrépidarianisme ne nous concerne pas.

À l’image des virus bactériophages qui évoluent pour s’adapter aux mécanismes de défense que les bactéries qu’ils ciblent mettent en placent, nos capacités cognitives évoluent en fonction des outils que nous créons. La nature des évolutions qui affectent notre fonctionnement cérébral dépend largement de la façon dont nous nous relions aux outils numériques. Nous pouvons développer une forme de dépendance à l’égard de la technologie ou bien l’utiliser pour augmenter nos capacités cognitives.

Quand nous utilisons la technologie pour étendre notre cerveau avec des applications comme Notion ou Obsidian, nous donnons un bol d’air à notre cerveau. Ce bol d’air, il nous appartient d’en faire quelque chose à la lumière des 6 principes qui entretiennent la capacité de notre cerveau à se régénérer. À défaut, l’évolution procédera comme elle a toujours procédé, ce qui n’est plus utile disparait…

Articles associés :

Sommes-nous adapté·e·s à la technologie ?

Faire rimer productivité avec sérénité

Physiologie et huiles essentielles

À mon sens c’est un livre qui fera date ! Nous étions nombreuses et nombreux à l’attendre, je vous en parle dans cette vidéo.

En résumé si vous ne pouvez pas regarder la vidéo, ce livre apporte vraiment de la nouveauté dans les livres d’aromathérapie. Comprendre les grandes fonctions physiologiques et comprendre comment les huiles essentielles ou les principes actifs qu’elles contiennent agissent sur les fonctions physiologiques permet d’élever notre pratique de l’aromathérapie scientifique. ça fait totalement écho à ma vidéo sur les différents niveaux de pratique de l’aromathérapie.

Comme promis dans la vidéo voici le lien vers leur formation en ligne, oui je fais de la pub pour mes concurrents 😁 ! Mais bon ce sont aussi des gens que j’apprécie beaucoup et vous savez que je préfère la collaboration à la compétition.

Savoirs anciens, magie moderne

C’est vrai ! L’usage des plantes médicinales s’est un peu perdu au fil du temps avant d’être remis au goût du jour. Et si on ne peut que se féliciter de cette résurrection, on peut aussi avoir un regard critique sur l’effet « Indiana Jones » qui l’accompagne. 

Qu’est-ce que l’effet Indiana Jones ? C’est cette attitude que nous pouvons avoir face au savoir ancien. Cette attitude qui consiste à penser que ce savoir était abouti et que le redécouvrir c’est comme redécouvrir le saint-graal. On estampille les textes anciens du sceau de la vérité qu’on n’ose pas remettre en question.

Les différentes maisons d’éditions l’ont bien compris et beaucoup d’entre-elles proposent des ouvrages façons vieux grimoires qui donnent un peu plus l’impression à la personne qui l’achète qu’elle tient dans sa main un recueil ésotérique rempli de secrets anciens et éternels ! 

Or remettre au goût du jour la pratique de l’herboristerie et du savoir des plantes en général ne consiste pas à faire exactement ce que faisaient nos ancêtres, mais plutôt à leur faire honneur en poursuivant leur travail d’accumulation de connaissances. Le savoir ancien s’est acquis par l’étude. Les druides, les chamans, les sorcières, les herboristes etc. ne se contentaient pas d’ouvrir un grimoire pour pratiquer. Non, iels étudiaient sans cesse pour raffiner leur savoir et c’est ce que nous devons continuer à faire aujourd’hui. Bien évidemment il est normal qu’avant de poursuivre, on fasse l’état de l’art de ce qui se pratiquait, mais nous devons bien comprendre que la science a avancé à pas de géant ce dernier siècle, et que ce pas de géant enrichit de manière considérable notre pratique ! 

Perd-on le côté « ésotérique » ou « mystique » de ces pratiques pour autant ? Pas nécessairement ! C’est notre attitude face à la connaissance qui le détermine. Soit nous utilisons la connaissance pour avancer encore un peu plus dans ces territoires inconnus explorés par nos ancêtres, soit nous considérons que le savoir ancien est gravé dans le marbre et que notre seule attitude est de le figer pour l’éternité.

Un viel aphorisme zen dit :

Est-ce qu’un arbre qui tombe dans la forêt fait du bruit s’il n’y a personne pour l’entendre ?

Quand je m’amuse à poser cette question, suivant les personnes j’ai soit :

Oui parce que ….

Non parce que …

Maintenant, quand on prend cet aphorisme et qu’on le regarde avec l’éclairage de la physique quantique, dans laquelle un des grands principes est qu’on ne peut pas observer, mesurer ou détecter sans perturber, cet aphorisme prend un tout autre sens que je laisse à votre réflexion.

Alors attention, pour qu’il n’y ait pas de confusion, je ne suis pas spécialement fan de l’ajout du mot « quantique » dans les thérapies. Je ne dis pas que les thérapies qui utilisent ce qualificatif sont bonnes ou mauvaises, je dis juste que l’utilisation du mot « quantique » procède d’une profonde méconnaissance de la physique quantique. Une incompréhension profonde de la dualité onde-corpuscule, de l’intrication quantique etc. Mais ce n’est pas le sujet, je voulais juste illustrer comment la science moderne est capable de nous aider à alimenter notre réflexion pour comprendre et découvrir de nouvelles choses et garder notre attitude « mystique ».

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’assiste à ce renouveau de l’herboristerie qui inclut bien évidemment toutes les formes galéniques que l’on puisse obtenir à partir des plantes. J’apprécie de voir qu’on n’a plus peur de remettre en question des textes anciens et qu’on est capable d’apporter des nouvelles pierres à ce merveilleux édifice.

Il y a bien plus de magie dans ce qu’il nous reste à découvrir que dans ce que nous savons maintenant expliquer. 

Je me lance sur télégram

Quoi encore un nouveau réseau ? J’avoue j’ai hésité à me lancer. Mais j’ai pensé que ce serait intéressant de tester ce nouveau format plus proche du podcast. L’idée est de faire des choses beaucoup plus spontanées, de l’ordre de la conversation. Il ne s’agit pas de publier la même chose que sur les autres réseaux mais vraiment de tester des nouvelles choses qui pourraient je l’espère vous intéresser. Pour le lancement je vous raconte comment la plante crée la diversité des molécules aromatiques à partir d’une seule brique élémentaire.

si vous souhaitez me rejoindre sur télégram, c’est pas là :

https://t.me/phytogenfi

Huile essentielle de gaulthérie et grossesse

Par précaution et par manque d’études, on déconseille fortement l’usage des huiles essentielles pendant la grossesse et l’allaitement. Certaines contre-indications ne sont sont pas toujours justifiées au regard de nouvelles études. D’autres contre-indications par contre sont confirmées par des études.

Concernant la gaulthérie, qui est une huile essentielle qui contient principalement du salicylate de méthyle, voici ce que disent les études. Bien évidemment les études doivent toujours se regarder avec un regard critique, et que ce qui est vrai dans le modèle animal n’est pas forcement vrai chez l’être humain. On sait par exemple que le salicylate de méthyle est hydrolysé par le foie en acide salicylique, et que chez le rat et le chien, le salicylate de méthyle est plus rapidement métabolisé, ce qui induit une plus grande toxicité chez l’être humain. Dans « Le guide Terre Vivante des huiles essentielles« , il est indiqué que l’huile essentielle de gaulthérie est 1,5 à 4,5 fois plus toxique pour l’humain que pour l’animal.

C’est une des raisons pour laquelle on interdit l’utilisation de l’huile essentielle de gaulthérie par voie orale.

Quelques études sur le sujet

Les salicylates traversent le placenta
 Ellenhorn MJ, Barceloux DG Toxicologie médicale : diagnostic et traitement de l’empoisonnement humain. Sciences Elsevier ; New York, NY, États-Unis : 1988.

Les salicylates entrainent une croissance restreinte et des anomalies congénitales
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/4571463/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/13627129/
Pyun JS Effet du salicylate de méthyle sur le développement d’embryons de rat. Ch’oesin Uihak. 1970 ; 13 : 63–72.

Le salicylate de méthyle provoque un ralentissement du développement rénal.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/5079708/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3220214/

Certains ouvrages mentionnent une utilisation possible en cas de grossesse si on ne dépasse pas une dilution de 5%, c’est le dans le livre « Aromathérapie » de Dominique Baudoux et tous les ouvrages qui le copient.

Le Tisserand institute, et le guide terre vivante des huiles essentielles déconseillent l’usage de la gaulthérie pendant la grossesse et personnellement je me range à cet avis.

J’avais fait une petite vidéo sur la gaulthérie, mais c’est une de mes premières vidéos… Je n’en suis donc pas très fier !!! il faudrait que je la refasse ! En tout cas si vous souhaitez la voir, j’ose quand même vous la montrer ! c’est par ici !

Un dernier petit point, on parle souvent de la gaulthérie couchée et de la gaulthérie odorante, il faut savoir que la gaulthérie couchée est très peu distilée car difficile à ramasser. On trouve principalement de la gaulthérie odorante. Et parfois quelques marques vendent de la gaulthérie odorante pour de la gaulthérie couchée…. Mais bon comme les deux sont facilement interchangeables ce n’est pas grave en soi sauf au niveau du prix bien entendu…