La marjolaine à coquille

Nom latin : Origanum majorana
Nom vernaculaire : Marjolaine à coquille, Marjolaine des jardins
Famille botanique : Lamiaceae
Partie utilisée : sommité fleurie

La marjolaine à coquille appartient à la famille des lamiaceae, on va donc retrouver les quatre caractéristiques des lamiaceae, à savoir :

  • Tige carrée
  • Feuilles opposées et décussées
  • Fleurs labiées
  • Tetrakène au fond du calice.

J’explique en détaille ces quatre points dans ma vidéo sur le lamier pourpre.

C’est une plante vivace, mais elle peut être cultivée comme une annuelle. Elle à une base ligneuse, c’est-à-dire qu’elle fait du boit. Elle dépasse rarement 60cm. Les fleurs de couleur blanche à rose violette sont regroupées en grappe dense pédonculée à l’aisselle des feuilles. Les feuilles sont assez petites, généralement de 1 à 4 cm.

Photo wikipédia

C’est une plante originaire du bassin méditerranéen et est cultivée depuis toujours dans des régions comme l’Égypte ou la Grèce. C’est une plante qui demande un bon ensoleillement pour exprimer tout son potentiel olfactif.

Composition de l’huile essentielle de Marjolaine à coquille

D’après le guide Terre Vivante des huiles essentielles

  • 1,5% d’alpha-pinènes
  • 0,2 à 2,5% de béta-pinènes
  • 2,5 à 10% de mycène
  • 6 à 8% d’alpha-terpinènes
  • 5,5% de paracymène
  • 1 à 7% de terpinolène
  • alpha-phellandrènes
  • 2% de béta-phellandrènes
  • 2,5 à 3% de béta-caryophyllène
  • 0,1% d’alpha-humulène
  • 2 à 5% de linalol
  • 14 à 22% de terpinène-1-ol-4
  • 0,3% de terpinène-1-ol-3
  • 3 à 6% d’alpha-terpinéol
  • 4 à 13% de cis-thujanol-4
  • 1 à 5% de trans-thujanol-4
  • 1% d’acétate de linalyle
  • acétate de terpényle
  • 2% d’acétate de géranyle
  • 0,5% de trans-anéthole

Quelques références scientifiques

L’article de Françoise Couic-Marinier sur la marjolaine
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0515370021004158

Maggio A, Rosselli S, Bruno M. Essential oils and pure volatile compounds as potential drugs in Alzheimer’s disease therapy: an updated review of the literature. Curr Pharm Des 2016;22(26):4011–27.

Mossa ATH, Nawwar GAM. Free radical scavenging and antiacetylcholinesterase activities of Origanum majorana L. essential oil. Hum Exp Toxicol 2011;30(10):1501–13.

Ou, M.-C., Hsu, T.-F., Lai, A.C., Lin, Y.-T. and Lin, C.-C. (2012), Pain relief assessment by aromatic essential oil massage on outpatients with primary dysmenorrhea: A randomized, double-blind clinical trial. Journal of Obstetrics and Gynaecology Research, 38: 817-822.

S. G. Deans, Katerina P. Svoboda. The antimicrobial properties of marjoram (Origanum majorana L.) Volatile Oil. Flavour and Fragrance Journal, Volume 5, Issue 3, pages 187–190, September 1990

Publié par PhytoGenfi

Formé à l'école des plantes de Paris, j'ai à coeur de transmettre la passion et le savoir des plantes médicinales. C'est l'objet de mon site

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :